Grand Rhône rive droite
MENU PRINCIPAL

L’exploitation des ouvrages

Une digue est un « ouvrage de protection contre les inondations dont au moins une partie est construite en élévation au-dessus du niveau du terrain naturel. Il est destiné à contenir épisodiquement un flux d’eau afin de protéger des zones naturellement inondables ». Le SYMADREM a en charge plusieurs types d’ouvrages de protection contre les inondations.

La protection contre le fleuve

Les digues fluviales entre Beaucaire/Tarascon et l’embouchure représentent 220 km répartis entre le Rhône, le Petit Rhône et le Grand Rhône. Ces ouvrages sont essentiellement des remblais en terre. 5,5 km sont des ouvrages maçonnés notamment en traversée des villes. Il s’agit des quais d’Arles, des quais de Tarascon et de la Banquette de Beaucaire. Si les premiers endiguements datent du XIIème siècle, le système continu de protection que l’on connaît aujourd’hui a été érigé dans les années 1840/1880, après les grandes crues du milieu du 19ème siècle. La construction de ces ouvrages  débute sous Louis Philippe après la crue de 1840 et s’accélère sous Napoléon III après la crue de 1856. Le programme de travaux mis en œuvre à l’époque distingue la « protection des plaines» de « la protection des villes » . Si la première est assurée par des ouvrages en terre constitués de limons prélevés sur place,  la seconde l’est par des quais ou ouvrages maçonnés.

La protection contre la mer

La digue à la mer gérée par le SYMADREM s’étend sur 25 km le long du littoral camarguais. Elle est élevée dans les années 1860 pour protéger les terres de Camargue des entrées marines. Elle est associée à plusieurs ouvrages connexes : épis, brises lames et tenons, construits à partir des années 30 au droit du village des Saintes-Maries-de-la-Mer et complétés par le SYMADREM dans les années 2000. Leur linéaire est d’environ 5 km. En savoir plus